Toi aussi, ouvre gratuitement ton blog de filles !


Toi aussi, ouvre gratuitement ton blog de filles !

Le blog de Finally writter


" Je crois qu'on a un pari "


Précédemment : 

J'ai trouvé la corde qui ferait remonter Helsey de sa chute. Mais elle ne veut pas l'attraper. Je ne vais pas la forcé, je ne lui en voudrais pas. Mais il faut que je réussisse à la convaincre sans paraître harcelante. Je sais que ça ne lui apporterait que du positif.

-------------------------------------------------------------------------


" …… et je tiens finalement à vous rappeler que les élections des délégués se dérouleront dans 3 semaines. "

Chloë, qui s'occupe des petites annonces le matin, finie son monologue tandis que je n'écoutais même plus.

" Je continue de dire que tu devrais te présenter, dis-je en me tournant vers Hesley assise à la table près de la mienne attendant le début du cours.

- Et moi non. Pourquoi tu ne te présenterais pas, TOI, dit-elle en me pointant du doigt.

- car j'ai confiance en moi …

- … bah justement !!

- … car j'ai confiance en moi, je suis nouvelle et j'ai moins d'influence dans ce lycée que toi. Ce n'est pas un grand établissement, tout le monde te connais sans connaitre tes capacités. A toi de les montrer ! Toi qui veux prouver ce que tu vaux, c'est le meilleur moment et c'est une préparation pour tes études de droit. Je ne veux pas que tu regrettes, après, lorsque tu verras ce que fera la déléguée car tu n'as pas eu le courage de te présenter, terminais-je.

-  Théo est un des meilleurs délégués qu'il y ai eu dans ce lycée et au collège. Il ne laissera pas n'importe quoi se faire. Au pire, on pourra lui léguer nos idées. Théo n'a pas besoin de moi, dit Hesley en remettant ses lunettes correctement sur son nez en trompette.

-  Lorsqu'un pays déclare la guerre à un autre, ce pays contre-attaque. Mais il a besoin d'alliés pour vaincre l'ennemi. La guerre vient d'éclater, sois cet allié pour Théo. Il y aura beaucoup plus de résultats.



[……]



" Théo, j'ai besoin de ton aide, dis-je alors que nous étions en train de faire nos devoirs chez moi.

- Je savais que tu n'est pas aussi intelligente que tu ne le laisses paraître. Tu as besoin de moi dans quelle matière ?

- Si seulement c'était vrai, ça te ferai plaisir. Pas vrai ?, réplicais-je

- Plus sérieusement, tu peines en SVT ? dit-il en s'appuyant avec ses avant-bras sur mon bureau me regardant dans les yeux.

- Théo ! m'esclamais-je

- J'te charrie ! ria-t-il

- C'est à propos d'Helsey, dis-je en reprenant mon sérieux.

- Tu as peur qu'elle devienne astigmate à force de lire des livres ? dit-il d'un ton qu'on pourrait croire sérieux mais qui perd toute crédibilité lorsqu'il se met à rigoler.

- J'ai envie qu'elle se présente aux élections.

- Quoi ?, répond Théo ne s'attendant pas à ça, certainement.

- Ça ne te dérangerai pas, tu n'auras pas de concurrence. Les délégués sont mixte.

-  ……

- Et tu vas m'aider à la convaincre, terminais-je assurément. "



[……]



" Beth, le bal annuel du travail de votre père se déroulera la semaine prochaine. Dois-je vous rappeler qu'on attend de vous d'être accompagnée, me dit ma chère mère.

- Merci de me le rappeler, mère.

- Bien, je vous laisse. Il me faut régler certaines choses. Dites à Amanda de servir la table sur la terrasse. Nous dînerons dehors, ce soir.

- Bien mère.

- Vous pouvez disposer, dit-elle pour conclure "

Je pars donc à la recherche de la cuisinière. Je rentre dans les cuisines et vois Amanda de dos. Lorsqu'elle se retourne, elle me voit et sourit.

" Méline ! Comment s'est passée ta journée aujourd'hui ?"

C'est un peu comme une nounou pour moi, une grande sœur, une confidente.
C'est compliqué dans ce milieu d'avoir une meilleure amie. Avec les déménagements et les mondanités de mes parents. Je n'ai jamais vécu de soirée pyjama, par exemple.

Amanda est la seule dans cette maison à m'appeler Méline.

" Plutôt bien. Les cours normales, Théo est venu faire nos devoirs et mère m'a rappelé que le bal annuel de la société Intyre était la semaine prochaine.

- Il ne fallait pas compter sur elle pour l'oublier. Tu te doutes bien que c'est un des événements les plus importants de la société. Surtout que ton père est, désormais, le bras droit de Monsieur le directeur avec un Big Ben de qualités, dit-elle faisant référence aux dires de mon père.

- Tellement brillant et rusé ! Il arrive toujours à ses fins d'une manière étonnante.  Toujours impliqué, appliqué, réfléchi, dis-je en prenant un air sérieux.

On rigole avant de dire en même temps la même phrase habituelle :

" C'est un modèle de la société que le monde à créé pour qu'on en prenne exemple. "

On rigola calmement alors que Amanda continua de préparer le repas du soir. Je l'aide tranquillement suivant ses instructions. J'aime bien aider Amanda, ça me détend. Mère n'est pas du genre à m'interdire ma relation amicale avec les employés de la maison. Père est trop focalisé " travail " pour s'en préoccuper. Au contraire. Ils pensent que le fait d'avoir une amitié à l'intérieur de cette maison la rend plus joyeuse et que ce n'est que du bon pour moi tant que je néglige pas mes études et le travail des employés concernés. Ils pensent également que ça motive les employés à travailler correctement plutôt que de le faire comme une corvée.
Tout ces cas ne concernent uniquement Amanda.

" J'ai pensé … tu pourrais inviter Théo au bal annuel d'Intyre, dit Amanda en me sortant de mes pensées. Madame Anna l'apprécie, à ce que je crois.

Inviter Théo ?

- Je ne pense pas qu'il acceptera. Ça reste Théo. Je ne crois pas que toutes ces choses mondaines l'intéresse, réplicais-je

- Même si c'est pour un service à une amie ?

- On s'est rencontré il y a deux semaines de cela et je l'inviterai déjà à une soirée médiatisée auprès des plus grandes entreprises mondiales ?

- Fais comme tu veux. Tout ce que je sais c'est que j'aurai du travail en cuisine ce jour-là et que j'aurai bien besoin de bénévolat en cuisine pour être dans les temps.

- Je serai là ! Fais moi- confiance ! Je te serai d'une aide précieuse !, rigolais-je

- J'allais oublier !, dis- je si soudainement qu'elle en sursaute. J'étais venu pour te dire qu'on mangera dehors.

- Tu n'es même pas venu pour me voir ? De ton plein grès ? Je suis déçu, j'attendais mieux de vous, Mademoiselle McAllister, récita Amanda théâtralement.

On rigola

- Tu veux bien surveiller la cuisson ? Si je ne suis pas revenu à 50, tu l'enlèves.

- Oui, chef !

Puis elle partie mètre la table dehors.

Une fois partie, je sors mon téléphone et envoie un message à Hesley.


À Hesley :

N'oublies pas, les guerriers ont besoin d'alliés pour gagner la bataille.
Réfléchis-y.


Je rangea donc mon téléphone et continua à couper les fruits pour le dessert tout en surveillant le four.



[……]



Flashback :


" Je n'ai pas dis oui.

- Mais tu en as envie, renchéris-je directement "

Je suis en ce moment même avec Théo qui refuse de m'aider à convaincre Hesley. Est ce mal de vouloir lui donner de la confiance en soit ? Je sais qu'elle en a envie mais elle réfléchit trop.

- Possible, dit finalement Théo.

- Alors dit oui, essayais-je de le convaincre également.

- Est ce malsain ? continua le brun sournoisement.

- Tu adores ce qui est malsain !

- Justement, continua Théo

- Alors dis oui, insisatais-je

- Ok. …… Tu penses a quoi ?


Fin du FlashBack



C'est comme ça que je me retrouve autour d'une table du café non loin du lycée au lieu de manger au réfectoire. Oui, rien ne nous interdit d'aller manger autre part tant que nous avons le consentement de nos responsables légales.

Hesley, Théo, Lucas et Mia sont également présents.

J'ai lu une étude de l’Académie Nationale des Sciences des États-Unis qui disait que les gens sont plus susceptible d'accepter une proposition après le déjeuner car notre taux de glucose joue un rôle important dans le type de décisions que nous faisons. En conséquence, demander un service à quelqu’un qui a faim est une mauvaise idée car il ou elle aura plus tendance à refuser.

On termine donc de manger quand Mia lance le sujet des élections.

" J'ai entendu dire que tu avais de nouveau tes chances cette année, Théo, dit Mia en me regardant.

Elle est pas discrète.

- Je le sais bien, pourquoi changer une équipe qui gagne ? J'espère juste ne pas me retrouvé avec quelqu'un comme Marine. Elle ne faisait que me ralentir l'année dernière sans compter qu'elle me draguait en permanence, répond Théo sans un coup d'œil à ma chère amie à lunettes.

- Sois  plutôt flatter, interviens-je

Je vois Helsey remettre ses lunettes et baisser la tête. Elle a l'air d'être dans ses pensées.

- Plutôt dégoûter ! Je ne veux pas attirer les filles comme Marine. Je préférerais quelqu'un comme Lou. A ce moment là, je serai flatté. Elle ferait une bonne délégué, j'en suis sûre !

- Quel dragueur ! intervient Lucas.

- Le problème est qu'elle ne se présente pas. Tu vas encore te retrouver avec Marine, ricane Mia.

- Eléonore aussi se présente ! réagis Lucas.

Je ne regarde pas Hesley une seule fois.

- Tu plaisantes ? rigole Théo. Elle va tout vouloir contrôler sans comprendre qu'on est deux délégués. Faut pas compter sur cette Madame JeDecideTout.

- Carla ? proposais-je

- Non plus ! On dirait qu'elle est nouvelle… excuse moi Méline mais elle a les mêmes idées que les secondes, s'exclama Théo.

- Je suis sûre que tu voudrais Méline en tant que déléguée, dit Mia.

- Aucune chance, je suis nouvelle. J'ai aucune influence. Jamais je gagnerai, dis-je.

- Quelqu'un comme Méline en tout cas, continua Mia

Hesley bondit et frappe la table d'un petit coup de point. Je suis moi-même surprise de cet élan d'Helsey.
Est-ce bon signe ??

" Excusez-moi, dit-elle en se rasseyant.

- Qu'est ce qu'il se passe ? dit calmement Lucas envers Hesley.

Elle le fixe puis nous regarde un à un avant de lâcher.

- Je le ferai, souffla Hesley.

Attendant plus de précisions, Hesley continue :

- Je vais me présenter aux élections !

Je me retiens de sauter de joie. Mais ne m'empêche pas de lui faire un grand sourire.

- Voilà enfin un bon délégué, s'exclame Théo. Même si tu ne m'égalera jamais.

- Ah tu crois ça, défiais-je Théo.

- Faisons deux groupes : Hesley et toi et nous trois. On fera une moyenne des votes en fonction du nombre de filles et de garçons. Celui à la plus haute moyenne en devra une à l'autre groupe.

Je regarde Hesley qui acquiesce légèrement de la tête avec un sourire amusé sur le visage.

- Je crois qu'on a un pari, dis-je en lui tendant ma main avant qu'il ne la serre avec un ai joueur sur le visage.

J'ai déjà pleins d'idées pour faire d'Hesley la déléguée des terminales.



A suivre .……

13/08/2016

Posté le 14.08.2016 à 01:10 - nombre de commentaires : 3  Nombre de vues : 334

 >> Lis les commentaires et participe !


barre blog

" La vie est tout de même mal foutue "


Voilà une semaine. Une semaine depuis mon premier échange avec Théo. Depuis ma rencontre avec Hesley. Depuis ma rentrée dans mon nouveau lycée. Lors de mon deuxième jour je suis retournée voir Hesley le midi. Je veux l'aider à ne plus garder la tête baissée mais à pouvoir la lever haute fièrement. Mais je ne veux pas changer sa vie, je ne veux pas la brusquer. Je vais à présent la voir tous les midis et on mange ensemble. On ne se voit pas autrement. Je veux qu'elle prenne l'initiative de venir me voir. Ce sera comme si elle me donner le feu vert. La patience fait également partir de mes qualités. Théo m'a finalement présentée Lucas et Mia que j'apprécie. Vendredi soir, Théo m'a proposé de me raccompagner chez moi après les cours. Ce que j'ai finalement accepté après les supplications de Théo :

<<  C'est ça ta voiture ?, dis-je en pointant du doigt ce petit coffre en métal à roues capable de transporter des humains et bien plus.

- c'est celle de mon père, c'est son petit bijou alors te moque pas !

- je ne me moque pas. En te voyant je m'imaginais autre chose que … ça, dis-je en faisant de grands gestes.

- puis-je te rappeler que tu n'as même pas passé ton code ?

- et c'est un choix monsieur ! Suite à un accident de volant à l'âge de 12 ans, j'ai  pris cette décision.

On monte dans la voiture. Et il démarre.

- tu finiras bien par changer d'avis. Il faudra bien que tu conduises un jour.

-j'y compte bien. Mais pas pour le moment. Savoir conduire est le cadet de mes préoccupations pour le moment. Surtout avec le bac en fin d'année.

- voilà une semaine de cours en terminal que tu penses déjà au bac !

- chacun ses préoccupations. Toi tu te préoccupes de ton avenir sentimental qui n'existe pas et moi de mon avenir professionnel que je construit tous les jours un peu plus.

- tout ça pour dire …

- … qu'il n'est jamais trop tôt pour appréhender et prendre les devant en ce qui concerne l'avenir.

- Tais-toi et dis moi le chemin, dit-il en soufflant désespéré.

[……]

Théo se gare devant chez moi. On habite dans le quartier riche de la ville, alors grande maison avec allée caché et immense surface de jardin devant et derrière. Enfin bref, sans plus de détails.

- tu es sûre de ne pas t'être trompée ?, dit-il en regardant la splendeur de ma demeure.

- non, c'est chez moi. Tu veux rentrer ?

- je … je ne veux pas déranger. Je veux dire .…

- Théo, s'il te plaît.

- avec plaisir.

Je suis sûre qu'il en avait envie mais ne ourlait pas paraître profiteur ou quoi que ce soit. Il me souris et on rentre chez moi. Je pense qu'il est étonné que  ma maison ressemble à ça. J'avoue que moi même j'aurais été étonnée à sa place. Encore, parfois aujourd'hui, je le suis.

- tu veux boire quelque chose ?, dis-je après avoir enlever ma veste et avoir poser mon sac au sol

- euh …

" Elizabeth Adèle Méline McAllister ! Vous allez m'expliquer immédiatement ce qu'il se passe dans cette maison "

Je vous présente ma mère. Tout en os qu'en force vocale.

- Mère, je vous présente Théo. Un … ami du lycée. Et Théo, je te pré…

- Enchanté Théo, je suis ravis de vous rencontrer ! Je me présente Anna McAllister, la mère d'Elizabeth, lui dit ma mère en lui serrant la main énergiquement et en le regardant droit dans ses beaux yeux verts comme si elle voulait découvrir chaque parties la vie de Théo en lui.

- De même madame McAllister.

- Anna, je vous pris.

- Bien, hocha Théo.

- Tu m'expliques Elizabeth ?

Ma mère se retourne vers moi attendant une explication. Il me faut vite trouver quelques chose. Mes parents n'aiment pas que des inconnus s'incrustent à la maison sans raison.

- Nous… nous … allions faire nos devoirs, finis-je par dire sous le regard assez surpris de Théo.

- Bien, ne chahuter pas trop.

- Merci.

- Vous pouvez disposer.

Je prend la main de Théo qui nous fixait étrangement, ce que je peux comprendre après la scène qui vient de se produire dans mon salon, et on monta les escaliers jusqu'à ma chambre après avoir récupérer nos sac.

Une fois dedans, je ferma la porte et lâcha finalement la main de Théo qui cassa le silence :

- Elizabeth ?

Je le regarda étrangement.

- tu viens de vivre un des moments les plus étranges de ta vie et c'est tout ce que tu en retiens ?, répondais-je ahurît.

- Elizabeth ?

- Je m'appelle Elizabeth Adèle Méline McAllister. Seule ma famille et leur entourage m'appelle Elizabeth. Je préfère qu'on m'appelle Méline.

- Très bien. Et Beth ? Je peux te surnommer Beth ou c'est trop … ?

- pitié ! On dirait ma mère qui parle !

- elle est ……

- oh ! oui, excuse moi, j'aurais dût te prévenir.

- Ce n'est rien. …Euhh… je doit la vouvoyer ?

- c'est préférable. Même moi je doit m'en résoudre au vouvoiement avec eux.

- Je ne te pensais dans un milieu si mondain.

- Peu le pense, je marque une petite pause. Alors … on les fait ces devoirs ?

Théo me sourit à pleine dents.       >>

---------------------------------

" Toi ? Misanthrope ? "

On me l'a répété tout au long de mon existence en tant que misanthrope. Plus particulièrement mes parents qui ne voient en moi que ce que j'en laisse paraître. Ils ne me connaissent pas comme je suis réellement. Ils connaissent ce que je veux qu'ils connaissent. J'ai toutes les raisons qu'il me faut pour mépriser ma propre race. 
L'homme est également un animal, alors pourquoi nous dominons le monde ?? Avons-nous plus de droits que les autres animaux ?? Nous devrions être égos. Mais encore une fois, c'est le plus fort qui gagne. Alors c'est comme ça qu'on survit dans ce monde de fou ? Par la force ? Qu'est ce qu'il arrive si on est pas aussi fort que les autres ? On est à part ? Exclu ? Est ce qu'on échoue ? Tant de personnes exclus par sa propre race pour multiples raisons imaginaires. Bah oui, il en faut bien un à rabaisser pour se croire plus fort au lieu de se montrer tel qu'on est, à sa juste valeur. Je ne fais pas partie de ces deux sortes d'humains. Mais personne ne devrait être exclu. " No et moi " de Delphine de Vigan le prouve. Une SDF exclue de la société, repoussante pour tous, par une simple rencontre, par la confiance et par la solidarité réussit à avoir un logement, un salaire et des amis. C'est le livre que je suis en train de lire. Il m'inspire. Il m'inspire à agir. Plus tard, j'essayerai de faire comme Lou, d'aller vers les gens. Acheter un sandwich pour le donner aux sans abris dans la rue. Seul les vraies le prendront en me remerciant. Ça doit être horrible d'être assis là, toute la journée, ce béton qui fait mal aux fesses dût au temps resté ici sans bouger, dans les mêmes vêtements que la veille, et la semaine passée et le moi passé, voir même plusieurs. À regarder les gens passer dans la rue, ne t'adressant pas un seul regard trop occupés à être dans leur vie où le plus gros problème ne s'étant pas plus loin du lieu de leurs prochaines vacances du moi d'août, comme si c'était normal que tu fasses la manche. La vie est tout de même mal foutue ! Je veux agir, j'aimerais faire du bénévolat mais le problème est du côté de mes parents, je ne sais pas si ils accepteront, et par mon âge, pas grand monde me donnerait leur confiance. Je suis trop jeune pour être " exploitée " j'imagine mais n'est ce pas le but du bénévolat ? De toute manière, à ma majorité, j'agirai. Que ce soit en France, en Angleterre ou bien ailleurs, j'agirai. Mon temps libre ne sera pas perdu. Je veux servir. Je ne veux pas vivre avec la connaissance du malheur des autres, dire que cela me chagrine et pourtant ne pas agir. Le dire c'est bien mais il faut agir. Quelles conséquences il y aura t-il après l'avoir dit ? Alors qu'après avoir agi, on a rendu un être heureux, chanceux, gagnant de nouveau de l'espoir. Enfin c'est comme ça que je l'imagine. La vie est tellement courte alors on veut qu'elle soit la meilleure possible. Oscar Wilde à dit un jour que la vie rêver est si souvent celle qu'on ne vit pas. Alors changeons la ! De mon âge tout m'est impossible, mais plus tard …………


[……]


Ma relation avec Hesley avance progressivement. Elle commence à prendre part à la conversation et à se prêter au jeu. Je l'apprécie cette fille, elle est adorable. En nous voyant, on dirait deux opposés. Théo me l'a dit. Mais dans le fond, on est pareil. Solitaires à nos heures perdues.

" Regardes- moi ! Je suis tellement plus intéressante que ces autres cruches !, dis-je en imitant Lucy , la cruche du lycée avec pleins de mimiques et de gestes.

- Oh non ! Je me suis cassé un ongle ! Thomas, aides moi !, renchérit Hesley en s'affolant "

On rigola. Toujours assises à la même table, dans le fond du réfectoire. On rigole bien avec Hesley.

" Tu as vu les affiches pour les élections des délégués ?, me demanda t-elle

- oui, ces petits seconds qui croient savoir quoi faire pour un monde inconnu à leurs yeux. Il est trop tôt pour qu'ils sachent ce qu'est le lycée, et ils croient pouvoir l'améliorer, dis-je en continuant de manger.

- et puis même les terminales sont ridicules. Ils auraient des idées concrètes, on pourrait éventuellement y songer.

- attends, parce que Théo n'a toujours pas présenté la sienne.

- Tu crois qu'il a de bonnes idées ?

- C'est Théo. Être délégué est dans son quotidien, dis-je comme si c'était évident

- T'imagines si il n'est pas élu ! Il fera la gueule.

- Ça m'étonnerais qu'il fasse pire que tout ces abrutis.

Hesley réfléchit puis renchérit.

- il faudrait des idées concrètes. Autre que de changer la nourriture du réféctoire parce que soit disant " il y'a trop de végétales et de viandes et pas assez de féculants ".

- non, mais on pourrait faire un menu pour les végétariens et une fois par semaine des féculants. Des pâtes, pizzas, hamburgers. Tout les trucs qui sont délicieux artisanales mais complètement trompeurs en grande surface.

- et il faudrait faire participer les élèves à la vie du lycée. Offrir un mur du lycée au club de dessin pour qu'ils fassent une fresque. Une journée découverte pour chaque club, et après on choisit. Au lieu de choisir au hasard au risque de ne pas aimer.

- mais la voilà la solution ! Hesley ! Tu dois te présenter !

- Quoi ? Non, non, non ! Je ne pourrais pas ! Je suis bien trop timide, dit-elle en retroussant son nez. Tic qu'elle n'avait plus depuis quelques jours avec moi.

- Helsey, tu es la première à les critiquer. Tu dis qu'il faut changer leur façon de faire. Suis ton conseil, ton avis. Fais bouger les choses !

J'essaie de la convaincre au maximum, mais sans résultats.

- Je ne sais pas, Méline. Tu me vois monter sur l'estrade pour présenter mon projet ? J'en suis incapable !

- Et tu faisais comment pour les exposés ? Les portes- ouvertes ? Et pour tes épreuves d'oraux au brevet. Et puis ça te donnerais de l'assurance. Tu seras plus confiante. Et ça t'aidera pour les oraux du bac.

- ……

- réfléchis-y, Hesley.

- Mouais.

[….…]


J'ai trouvé la corde qui ferait remonter Helsey de sa chute. Mais elle ne veut pas l'attraper. Je ne vais pas la forcé, je ne lui en voudrais pas. Mais il faut que je réussisse à la convaincre sans paraître harcelante. Je sais que ça ne lui apporterait que du positif.

À suivre …




Posté le 01.08.2016 à 00:39 - nombre de commentaires : 3  Nombre de vues : 365

 >> Lis les commentaires et participe !


barre blog

" Je sais faire bonne impression "


- je vous avais dis que rien ne pressait !

- le plus important est que vous ne soyez pas en retard.

- non, mais trop en avance, pour le coup.

- mieux vaux trop que pas assez.

- mère, si je vous dis qu'il vaut mieux avoir bu trop d'alcool que pas assez. Votre argument ne tient pas la route.

- bon, votre père m'appelle.

- c'est ça, défilez-vous.

- à ce soir.

Bip .... bip ... bip ...

Et elle m'abandonne par dessus le marché. Me voilà sans compagnie devant un portail fermé dût à mon avance.

Je fit entrechoquer mon dos avec le muret derrière moi, les yeux fixés sur mon téléphone cherchant désespérément de la compagnie.

N'empêche, je pourrais escalader le mur et explorer un peu le lycée. Non, je risquerais fortement de me perdre.

- Hey ! Tu es nouvelle ?

- il se pourrait que ce soit possible. Oui.

Je tourne la tête et voit un jeune homme de mon âge. J'en déduis qu'il est élève ici.

- ça se voit.

- c'est à dire ? , lui dis-je en me désintéressant.

- Personne n'arrive à cet heure ci, même à la rentrée. Que se soit élèves ou enseignants.

- j'anime donc une conversation seule. À moins que tu ne sois concierge.

- Mon cas est différent.

- je vois pas en quoi, dis- je replongeant mes yeux sur mon téléphone.

- je suis délégué.

Je le regarda à nouveau.

- c'est la rentrée, tu n'es plus délégué.

- mais je vais me présenter aux élections, et il est en mon devoir d'accueillir les élèves comme il se doit pour faire bonne impression.

- c'est pas fait encore et puis ......moi aussi je vais me présenter.

- ça m'étonnerai que tu gagnes.

- et pourquoi ça, dis-je en me rapprochant lentement de lui.

- Tu n'as aucune chance face à moi. J'ai toujours étais délégué depuis la 5ème, répond-t-il sournoisement en me regardant de haut.

- pendant que tu étais délégué de ta petite classe de cinquième, j'étais conseillère général junior et donc la représentante de mon collège au conseil général de mon département.

- mais il te manque la confiance des élèves, sans ça tu n'as aucune chance.

- je sais faire bonne impression.

- les élèves ne choisissent pas le plus populaire ou la plus belle, ils ne fonctionnent pas par affinités ni par chantage. Ils choisissent quelqu'un qui sait diriger, qui sait faire avancer les choses, qui a de la suite dans ses idées et qui aime aider. Donc qui a un minimum de culture.

- un minimum de culture ? Très bien. La capitale du Qatar ?

- quoi ? Doha. Le titre de noblesse immédiatement inférieur à celui de comte ?

- Vicomte. L'inventeur des trajets en communs modernes ?

- Blaise Pascal. L'unité de mesure de la force d'un piment ?

- L'unité scoville. La ... signification du mot "snob" ?

- Sine Nobilitate. L'année de sortie du meilleur film de Bryan Singer.

- Usual Suspects ? j'adore ce film !

- tu connais ?

- bien évidement. Keyser Soze !

- tu connais tes classiques, la nouvelle.

On ricane.

- Je m'appelle Théo.

- ahh. mais ça explique tout. Theo vient de Theodoros, un nom grec qui signifie " don de Dieu ", prend pas la grosse tête ! Je m'appelle Méline.

[......]

L'intégration s'est, finalement, plutôt bien passée. Les cours également. Personne n'a trop cherché à savoir qui je suis. Peut être sont-ils timides, pas intéressés aux nouvelles rencontres ou tout simplement habitués des nouveaux. Je ne sais pas. J'ai passé inaperçu toute la matinée mais cela ne me dérange pas, au contraire. J'ai pu appréhender, imaginer, et  conjecturer mon année scolaire dans ce bâtiment scolaire.

Peut être, serai-je la fille solitaire. Qui se concentre sur ces études et qui ne fais partie d'aucun groupe d'amis. Ou bien, celle que tout le monde rejette, je n'en sais rien. Et je m'en balance. Ce ne sont que des étiquettes et si cela me permet d'avoir mon bac mention très bien comme l'attendent mes parents, alors soit. Je le serai. Si seulement mon histoire était un livre. Je saurai  ce qu'il m'attend. On le saurai tous. Les chapitres en disent long, les titres surtout. C'est pourquoi les livres ne sont pas réel. Dans la vie, personne ne se réveillera un matin avec le titre de sa journée en tête. La vie est un aléa en elle-même. On ne peut prédire l'avenir. Alors comment donner des titres aux événements futur ?

[......]

- au fait, ce midi tu manges avec moi et mes amis. Je te présenterais.

Théo vient de me rejoindre alors que je rejoignais ma prochaine salle de classe. Il a dit cette phrase comme si c'était évident en passant son bras sur mes épaules.

- Écoutes Théo, si je dois me faire des amis, je préfère me les faire moi même par affinité et non parce que tu l'as décidé, dis-je en enlevant son bras.

- tu es insociable, ma parole.

- misanthrope.

- ah ouais ?

- j'ai mes raisons.

[......]

J'entra dans le réfectoire et vit alors tout les internes de ce lycée entrain de manger. Comment vous expliquer que je me suis un peu perdue.

Après m'être servie, je fouilla la pièce du regard à la recherche d'une table. Je vis alors une fille seule au fond de la salle. Elle a l'air plutôt jeune. Elle porte des lunettes sur son nez et elle a attacher ses cheveux bruns en une queue de cheval haute. Je peux voir d'ici son tic de froncer le nez pour remonter ces lunettes lorsqu'elles glissent de quelques millimètres.

Je me dirige alors d'un pas assurer vers elle, pose mon plateau face à elle et demande poliment:

- est ce que je peux m'assoir ?

- hum ... no... c'est que ... ou...oui, vas-y, finit-elle par dire.

- je m'appelle Méline.

[......]

Hesley est une fille super timide mais elle est adorable. Elle n'a pas beaucoup parler ce midi. J'animais la conversation toute seule avec quelques fois des remarques et de petits ricanements sur des remarques que je faisais. Je voyais qu'elle ne voulait pas parler mais que je continue de parler sans aucun but profond.

J'ai l'air de ne pas me soucier de grand chose, de ne pas réfléchir au sens de choses dont personnes ne se pose la question, mais si. J'ai mon côté moi amical et mon côté moi solitaire. Deux opposés. Mes parents préfèrent mon côté solitaire. Ils disent de lui qu'il est littéraire. Et c'est vrai. J'ai toujours eu une bonne éducation, toujours le plus haut niveau scolaire pour Mademoiselle McAllister. Le truc est que je suis la descendante d'une famille non modestement aisée. Comme toute adolescente normal, je ne voulais pas de cette vie carré et toujours symétrique. J'ai souvent refusée des choses " clichés " à mes parents. Sans me rebeller, me convertir en punk, en rock, en gothique ou quoi que ce soit, j'ai su imposer ma personnalité du côté vestimentaire, caractérairement, scolaire, sociable. Voilà mon côté amical/sociable. Mais dans le fond ils ont raisons. J'aime remettre des personnes en place, cloués le bec aux personnes sournoises intelligemment en utilisant les mots. Mais je suis une littéraire. Mais je le suis qu'envers moi-même. Alors je fais passer mon savoir avec les mots. Comme lors de ma rencontre avec Théo ce matin. Je suis une littéraire. Je préfère les livres au sport. Je peux passer des heures à faire une rédaction en pensant à chaque mots et détails ou bien dans une bibliothèque à déchiffrer les vieux livres écrit par de grands auteurs que ce soit en anglais, français ou même allemand. Ou même les livres cachés au fond du bâtiment, le lieu ou le moins de personnes se retrouvent, les livres sur les mythes, les légendes lointaines de continents existants ou inexistants. Et j'écris. Bien sur, personne n'en a conscience. Mes parents ne le savent pas. Je n'écris pas de journal, aussi cliché que ça puisse paraître. J'écris mes réflexions de tout les jours dans un outil moderne du XXIème siècle appelé par tous iPad.

Il faut vivre au temps qu'on est. On peu s'intéresser aux temps passé, appréhender le temps futur, mais il faut vivre au temps présent. Mes parents, eux, sont encore dans les clichés des familles aisées d'il y a deux siècles passés.

Revenons-en à Hesley. Elle a un an de moins, elle a sauté une classe. Je l'avais vu ce matin en cours. Toujours la tête baissée. Serait ce dut au fait qu'elle regarde ses pieds en marchant ? Qu'elle lit toujours un livre ? Qu'on la rabaisse ? Qu'elle ai un torticolis ? Ou par habitude ? Je ne sais pas. Sûrement par manque de confiance en soit. Sa maladresse, sa timidité, ses lunettes, son léger sourire aux quelques commentaires fait sur les personnes les plus surfaites du lycée. Voilà le charme que j'ai trouvé en Hesley ne serait ce que durant le temps d'un déjeuner improvisé. Elle m'a l'air solitaire, un peu comme moi. En fin de compte, on est pas si différente. C'est ce que j'aimerais lui faire comprendre. Parfois il faut savoir se créer une image, pour ne pas chuter sans réussir à se relever. Voilà ce qu'est le manque de confiance en soit, une chute libre. Et je veux aider Hesley à trouver la corde pour qu'elle puisse remonter.



À suivre ......




Posté le 29.07.2016 à 13:31 - nombre de commentaires : 4  Nombre de vues : 423

 >> Lis les commentaires et participe !


barre blog

I Will Help You


J'ai l'air de ne pas me soucier de grand chose, de ne pas réfléchir au sens de choses dont personnes ne se pose la question, mais si. Mes parents disent que je suis une littéraire. Et c'est vrai. J'ai toujours eu une bonne éducation, toujours le plus haut niveau scolaire pour Mademoiselle McAllister. Le truc est que je suis la descendante d'une famille non modestement aisée. J'ai su imposer ma personnalité. Mais dans le fond ils ont raisons. Je suis une littéraire. Mais je le suis qu'envers moi-même. Je peux passée des heures dans une bibliothèque à déchiffrer les vieux livres. Et j'écris. Bien sur, personne n'en a conscience. Je n'écris pas de journal, aussi cliché que ça puisse paraître. On peu s'intéresser aux temps passer, appréhender le temps futur, mais il faut vivre au temps présent. Mes parents, eux, sont encore dans les clichés des familles aisée d'il y a deux siècles passés. Ils ne me connaissent pas comme je suis réellement. Ils connaissent ce que je veux qu'ils connaissent de moi. La vie est tout de même mal foutue ! Je veux agir, j'aimerai faire du bénévolat mais le problème est du côté de mes parents. Je ne veux pas vivre avec la connaissance du malheur des autres, dire que cela me chagrine et pourtant ne pas agir. Oscar Wilde à dit un jour que la vie rêver et la plupart du temps celle qu'on ne vit pas. Alors changeons la !

I Will Help You


Posté le 28.07.2016 à 23:45 - nombre de commentaires : 5  Nombre de vues : 412

 >> Lis les commentaires et participe !


barre blog

Mentions légales / Nous contacter